Notre équipe

La Clinique de mémoire du CSSS-IUGS est composée d’une équipe multidisciplinaire. Cette équipe est ralliée autour d’une philosophie d’intervention commune. Elle est soucieuse de développer les connaissances des intervenants de l’Estrie et de partager son savoir concernant l’évaluation cognitive. 

Une équipe qui fait toute la différence!

Guy Lacombe
Gériatre

Tàmàs Fülöp
Gériatre

Daniel Tessier
Gériatre

Christian Bocti
Neurologue

Nadia Duval
Neuropsychologue

Hélène Imbeault
Neuropsychologue

Francis Langlois
Neuropsychologue

Claire Bonin
Infirmière clinicienne

Marie-Pier Legresley
Infirmière clinicienne

Claire Létourneau
Infirmière clinicienne

Line Ruel
Infirmière clinicienne

Sabine Labrecque
Agente administrative

Jacqueline Chase
Agente administrative

Jacques Thibault
Chef d'unité de soins de courte durée gériatrique

Mélanie Drouin
Psychologue

L’équipe de la Clinique de mémoire est composée de : médecins spécialistesneuropsychologues, infirmières cliniciennes et agentes administratives .

Et des consultants sont disponibles, au besoin : gérontopsychiatres, orthophonistes, ergothérapeutes et travailleurs sociaux.


Rôles généraux  : 

Médecin spécialiste 
Le rôle du médecin spécialiste (gériatre, neurologue, gérontopsychiatre) est d’évaluer le patient, de poser un diagnostic, de proposer des traitements, de proposer un suivi si nécessaire, d’assurer un lien avec le médecin traitant, de décider de tenir une rencontre multidisciplinaire et de diriger vers un professionnel, le cas échéant.

Neuropsychologue
Le rôle du neuropsychologue est de comprendre de façon précise le fonctionnement cérébral et quotidien du patient, en se basant sur ses capacités cognitives, ses difficultés et sa santé globale. Il permet d’outiller adéquatement le patient, sa famille et tous les intervenants œuvrant auprès de celui-ci. Une intervention cognitive peut aussi être proposée, au besoin, afin d’améliorer le fonctionnement cognitif du patient. (mémoire, attention, perception visuelle, etc.)

Infirmière clinicienne
Le rôle de l’infirmière clinicienne est d’évaluer la condition de santé cognitive de la personne en complétant les différentes étapes du protocole établi à la clinique de mémoire du CSSS-IUGS. Elle doit rencontrer le patient, compléter la collecte des données de soins infirmiers basées sur des données probantes d’évaluation, procéder aux différents examens de dépistage cognitifs et en fait l’interprétation, rechercher également l’information complémentaire auprès des proches qui accompagnent le patient et ou des intervenants en première ligne qui sont déjà impliqués auprès du patient. L’infirmière clinicienne doit analyser les données contenues aux dossiers et présenter le résultat de son analyse de façon structurée au médecin. À certains moments, elle doit aussi participer aux rencontres multidisciplinaires pour les cas complexes et aux rencontres de familles. Parmi ses tâches qui lui sont confiées, elle doit assurer le suivi lors d’introduction ou de modification de la médication et d’assurer les suivis ponctuels de courte durée, au besoin, auprès des proches et des intervenants impliqués.

Agente administrative
Le rôle de l’agente administrative est d’accueillir la personne, d’assurer la gestion du dossier selon les règles convenues, de préparer les dossiers pour les cliniques, de donner des rendez-vous et de planifier des rendez-vous avec les infirmières.

Gérontopsychiatre
Le gérontopsychiatre fait partie des médecins spécialistes qui collaborent à l’évaluation des patients de la clinique de mémoire du CSSS-IUGS. Son rôle est d’évaluer le patient, de poser un diagnostic, de proposer des traitements, de proposer un suivi si nécessaire, d’assurer un lien avec le médecin traitant. Les patients peuvent aussi être référés par les médecins spécialistes au service de gérontopsychiatrie.

Orthophoniste
L’évaluation en orthopophonie a pour but de préciser les atteintes sur le plan de la communication : troubles expressifs et réceptifs du langage dans les sphères orale et écrite, troubles neuromoteurs de la parole, impacts des déficits cognitifs sur la communication. L’orthophoniste met en lumière les éléments pouvant faciliter l’identification ou la différenciation de certaines formes de démences. L’orthophoniste doit outiller le patient et sa famille pour mieux faire face aux difficultés de communication rencontrées : enseignement de stratégies compensatoires, sélection d’activités ou d’applications technologiques visant à maintenir les capacités résiduelles de la personne.  

Ergothérapeute
L’ergothérapeute intervient dans le processus d’évaluation. Il observe le patient dans son quotidien et effectue des mises en situation structurées à l’aide d’une grille d’analyse fonctionnelle de la sécurité. Son rôle est d’effectuer l’analyse des capacités fonctionnelles du patient, de documenter et de déterminer de manière objective l’impact fonctionnel des déficits cognitifs du patient. L’ergothérapeute doit vérifier la présence de facteurs de l’environnement physique et humain qui influencent ou pourraient influencer (positivement ou négativement) la sécurité ou l’autonomie du patient relativement à ses déficits cognitifs. Pour ce faire, il doit identifier et recommander différents éléments favorisant le maintien et la sécurité du patient dans son milieu, relativement aux déficits cognitifs présents. 

Travailleur social
Le rôle du travailleur social est d’assurer un soutien à la famille ou aux proches dans leurs démarches pour faire une homologation de mandat ou pour l’ouverture d’un régime de protection dans leur Centre de santé et services sociaux (CSSS). Il effectue le contact avec d’autres services en lien avec une problématique psychosociale. Le travailleur social soutient la famille dans ses démarches concernant l’inaptitude, l’informe sur différents services et épaule la famille à la suite du diagnostic. Il s’occupe de la préparation des rencontres de famille et assure les communications avec des intervenants du soutien à domicile déjà impliqués dans le dossier tels que travailleur social, gestionnaire de cas, intervenant pivot. Un suivi auprès des ressources communautaires est aussi effectué par le travailleur social. 

Haut de page