Ce n’est pas immédiatement que j’ai pu allaiter mes jumelles, nées à 34 semaines. C’est presque 12 heures qui se sont écoulées avant que je ne puisse me rendre en néonatalogie.

N’ayant pas encore la force de téter pour combler tous leurs besoins, elles buvaient au gobelet ou au biberon, et j’avais une peur viscérale que l’utilisation de ces méthodes « faciles » ne vienne nuire à la poursuite de l’allaitement.

La consultante IBCLC de l’hôpital m’a expliqué que le meilleur moyen de préserver l’allaitement pour le futur était de nourrir mes petites par gavage jusqu’à ce qu’elles soient capables de prendre du poids en tétant au sein seulement. Après environ une semaine à passer leur temps collées sur maman, elles tétaient plusieurs fois par jour une bonne quantité. Elles ont relevé le défi « pas de gavage » pendant 24 heures, et par la suite, nous avons pu rentrer à la maison avec deux petits trésors en pleine santé.

L’allaitement s’est poursuivi pendant 16 mois, et c’est à ce jour la plus belle chose que j’aie pu leur donner. Je me sens privilégiée d’avoir pu vivre cette proximité et d’avoir pu être témoin de leur complicité lorsque je les allaitais en tandem.


Retour