Gestes à caractère sexuel inadéquats au Centre d'hébergement Argyll : ces situations sont connues et étaient déjà gérées par l'établissement

 

Sherbrooke, le lundi 17 août 2015 ─ Un CHSLD comme l’Hôpital et Centre d’hébergement Argyll est un milieu de vie où résident des personnes en lourde perte d’autonomie, dont 85 % présentent des atteintes cognitives. Les situations évoquées dans les médias depuis vendredi dernier résultent de gestes, bien sûr considérés inacceptables par l’établissement, posés par des personnes présentant des atteintes cognitives particulières qui peuvent entraîner la désinhibition sexuelle. « Le jugement de ces personnes est altéré par la maladie et elles ne sont pas toujours en mesure d’évaluer la gravité de leurs gestes et de réaliser que ceux-ci sont inappropriés. Bien que peu fréquentes, ces situations existent, sont connues des équipes soignante et sont gérées de façon systématique afin qu’elles ne se reproduisent plus. De plus, les proches répondants des résidents impliqués sont prévenus et informés des mesures qui sont mises en oeuvre pour prévenir la récurrence de ces gestes », explique la Dre Suzanne Gosselin, directrice des services professionnels adjointe.

Les situations présentées dans les médias ces jours-ci résultent de telles pathologies et ne sont aucunement tolérées. Toute l’équipe soignante est mise à contribution pour les encadrer très rapidement dans le but de les éviter. Les employés qui travaillent directement auprès de ces personnes malades sont partie prenante dans la résolution de ces situations. De plus, plusieurs moyens sont déployés, notamment des réaménagements physiques, des interventions en matière de médication, une surveillance accrue, etc. Plusieurs modalités sont aussi à leur disposition pour communiquer toute situation qu’ils jugent préoccupante. Outre le processus formel de déclaration d’accident, mentionnons que ceux-ci peuvent en tout temps s’adresser aux médecins, aux infirmières, aux gestionnaires et même à leur syndicat ou au commissaire aux plaintes et à la qualité des services. « Nous sommes donc étonnés qu’en dépit des mesures prises dans les plans d’intervention, des employés aient toujours la perception qu’aucune intervention n’ait été posée puisque des actions ont effectivement été mises en place. D’ailleurs, pour les cas reportés, les plans d’intervention ont permis, depuis mai dernier, d’éviter la récidive de gestes d’agression », indique quant à elle Sylvie Moreau, directrice du programme de soutien à l’autonomie des personnes âgées.

Le CIUSSS de l’Estrie – CHUS tient à rassurer la population quant à la sécurité des personnes qui résident dans ses centres d’hébergement. Ces milieux sont ouverts et les proches sont les bienvenus. Tant les proches des résidents que le personnel soignant peuvent contribuer à trouver des solutions afin que les services soient de qualité, et ce, dans un contexte de grande complexité.

À propos du CIUSSS de l’Estrie - CHUS

L’entrée en vigueur de la Loi modifiant l’organisation et la gouvernance du réseau de la santé et des services sociaux, notamment par l’abolition des agences régionales a fait en sorte de regrouper l’ensemble des établissements de l’Estrie en une seule entité qu’est dorénavant le CIUSSS de l’Estrie – CHUS. Le territoire maintenant desservi s’étend de Lac-Mégantic à Granby et compte plus de 450 000 habitants et habitantes. La presque totalité des services, de la prévention aux services surspécialisés est désormais offerte à même l’établissement, comptant plus de 17 000 employés, employées et gestionnaires et plus de 1 000 médecins.


Retour à la liste des communiqués